2 conciergerie partners

Conciergerie Partenaires : presse

  • Energies renouvelables :Le Maroc entre de plain-pied dans le développement propre

    Energies renouvelables :Le Maroc entre de plain-pied dans le développement propre
    Le développement des énergies renouvelables est l'une des priorités économiques et écologiques que le Maroc a mis au premier plan de sa stratégie pour réduire sa dépendance énergétique, sécuriser son approvisionnement en la matière et entrer de plain-pied dans le monde du développement propre.

    Fort de ses atouts naturels et de ses gisements importants,
    particulièrement en ce qui concerne le solaire et l'éolien, et doté
    d'une stratégie énergétique rationnelle et pragmatique, le Maroc a
    réussi à lancer de grands projets, dans le cadre du développement des
    énergies renouvelables.

    En matière d'énergie éolienne, le pays
    peut s'enorgueillir des parcs dont il dispose. Ainsi, Tarfaya, au sud du
    Maroc, abrite le premier parc éolien en Afrique qui a nécessité un
    investissement de 5 milliard de dirhams (MMDH) et qui générera, grâce à
    ses 131 turbines, une puissance de 301,3 MW.

    Six parcs éoliens, répartis sur plusieurs régions

    Étalé
    sur 8.900 ha, ce parc est certifié MDP (mécanisme de développement
    propre) auprès de l'ONU. L'énergie qu'il produit sera fournie
    exclusivement à l'Office national de l'eau potable et de l'électricité
    (ONEE) dans le cadre d'un contrat d'achat de 20 ans.

    Le productible énergétique de ce projet, qui sera totalement opérationnel en octobre 2014, est de 1084 GWH/an.

    À Akhfennir,
    100 km au nord de Tarfaya, un parc éolien s'étale sur une superficie de
    2.000 ha avec une capacité de 101,87MW. Opérationnel depuis 2013, ce
    parc comprend 61 turbines et chacune produit une électricité de basse
    tension (690 volts).

    À 22 km au sud de Laâyoune, et plus
    précisément à Foum El Oued, un parc d'une capacité de 50,6 MW est mis en
    service depuis 2013, avec 22 éoliennes dont la hauteur du moyeu est de
    80 m.

    Au nord du Royaume, le parc éolien d'El Haouma, dans la
    région de Tanger, d'une capacité de 50MW, a été mis en service en 2013,
    tout comme le parc de Jbel Khalladi, dans la même région, d'une capacité
    de 120MW, et opérationnel dès 2015.

    Le programme intégré de
    l'énergie éolienne 1.000 MW est composé de six parcs éoliens, répartis
    dans les régions qui disposent d'un potentiel éolien important : Taza
    (150MW), Tanger II (100MW), Boujdour (100MW), Tiskrad (300MW), Midelt
    (150MW) et Jbel Lahdid (200MW).

    La totalité de ce programme,
    réalisé par l'ONEE, le Fonds Hassan II pour le développement économique
    et social et la Société d'investissements énergétiques, sera
    opérationnelle en 2020, selon l'ONEE.

    Énergie solaire : cinq sites identifiés

    Pour
    ce qui est de l'énergie solaire, le Royaume a adopté un plan solaire
    ambitieux qui lui permettra d'économiser 1 million de tonnes équivalents
    pétrole (TEP) de combustibles par an et d'éviter l'émission de 5,3
    millions de tonnes de CO2.

    Le plan solaire, dont la mise en œuvre
    est assurée par l'Agence marocaine pour l'énergie solaire (MASEN),
    prévoit également une capacité de production d'énergie solaire de 2.000
    mégawatts d'ici 2020, à travers cinq sites identifiés, à savoir
    Ouarzazate, Ain béni Mathar, Foum Loued, Boujdour et Sebkhat Tah.

    Ainsi,
    la centrale thermo-solaire d'Ouarzazate, érigée sur une superficie de
    3.000 ha et qui permettra la production de 500 MW d'ici 2015, montre en
    filigrane l'efficacité de ce plan doté de 9 milliards de dollars.

    Le
    Roi Mohammed VI avait présidé, en mai 2013, à la commune rurale
    Ghessate (province d'Ouarzazate), la cérémonie de lancement des travaux
    de réalisation de la première centrale du complexe solaire intégré
    d'Ouarzazate, baptisé “Noor”.

    Le complexe “Noor” opte pour la
    technologie solaire CSP (Concentrated Solar Power) qui vise à répondre à
    la pointe de la demande électrique du Maroc.

    MASEN s'attelle
    aussi, à travers le plan solaire, à ériger les fondations pour le
    développement d'une filière solaire compétitive à moyen terme et à
    trouver l'équilibre entre l'exigence de répondre au besoin énergétique
    et celle de maximiser l'impact socio-économique de ses projets sur le
    tissu productif national, tout en s'assurant de la compétitivité de
    l'énergie produite.

    Dans l'attente de réaliser ses objectifs
    tracés dans sa stratégie énergétique, le Maroc continue son chemin avec
    beaucoup de confiance et d'énergie.


  • source PDFCapture d'écran
  • Date: 23-07-2014